La publication d'un rapport visant Zuma reportée

Valérie Hirsch, BBC Afrique, Johannesburg

La médiatrice de la République a contraint Jacob Zuma (photo) au remboursement d'une somme d'argent illégalement reçue du Trésor public. Copyright de l’image Getty Images
Image caption Thuli Madonsela a contraint Jacob Zuma (photo) au remboursement d'une somme d'argent au Trésor public.

La médiatrice de la République ne dévoilera pas ce vendredi, comme elle l'avait prévu, la partie de son rapport annuel concernant les relations entre le président Jacob Zuma et les frères Gupta, des entrepreneurs d'origine indienne.

Jacob Zuma, par l'entremise d'un avocat, a saisi la justice pour empêcher la publication de ce document potentiellement explosif sur ses liens avec la fratrie d'homme d'affaires soupçonnés d'avoir imposé au chef de l'Etat la nomination de ministres ou de dirigeants de sociétés d'Etat.

La médiatrice, qui achève son mandat ce vendredi, avait prévu de rendre public un rapport concernant les frères Gupta, qui sont très proches du président.

Le rapport porte partiellement sur l'influence présumée des trois hommes d'affaires d'origine indienne sur la nomination de ministres, notamment celle de David Van Rooyen, en décembre dernier.

Un ancien ministre adjoint des Finances et une députée de l'ANC ont déclaré publiquement que les Gupta, actifs dans plusieurs secteurs de l'économie sud-africaine, leur avaient offert des postes ministériels.

Les observateurs de la politique sud-africaine posent la question de savoir si la nouvelle médiatrice va continuer l'enquête concernant le trio d'hommes d'affaires et le président Jacob Zuma, avec la même urgence et la même indépendance, dont a fait preuve Thuli Madonsela.

Des "dépenses extravagantes"

Le 6 octobre dernier, Busisiwe Joyce Mkhwebane a été nommée médiatrice de la République, par M. Zuma, en remplacement de Mme Madonsela.

A ce poste, elle sera chargée de veiller sur les deniers de l'Etat.

Thuli Madonsela avait démissionné de l'ANC, le parti au pouvoir, juste après sa nomination en 2009 par le président Jacob Zuma.

Elle a rempli son mandat de sept ans avec un courage et un esprit d'indépendance exceptionnels rares.

Ses enquêtes ont contraint trois ministres membres de l'ANC à la démission.

En 2015, elle a demandé au chef de l'Etat de rembourser une partie des "dépenses extravagantes" payées par le Trésor public pour rénover sa résidence privée de Nkandla, dans le KwaZulu-Natal.

La médiatrice de la République avait été vivement critiquée par des responsables de l'ANC.

Mais elle a obtenu gain de cause cette année, lorsque Jacob Zuma a accepté de rembourser un montant symbolique des dépenses incriminées.

Sur le même sujet

Lire plus