RSA : Ramaphosa soutient Gordhan

Le Vice-président sud-africain Cyril Ramaphosa dit craindre que les soucis judiciaires du ministre Gordhan affectent la relance de l'économie nationale. Copyright de l’image BBC Sport
Image caption Le Vice-président sud-africain Cyril Ramaphosa dit craindre que les soucis judiciaires du ministre Gordhan affectent la relance de l'économie nationale.

Le Vice-président Cyril Ramaphosa affirme que les accusations de fraude portées contre le ministre des Finances Pravin Gordhan pourraient affecter ses efforts visant à revitaliser l'économie.

Les juges ont convoqué Gordhan à comparaître le mois prochain dans le cadre de ce que ses partisans et certains analystes qualifient de complot visant à discréditer et à évincer un homme qui a défié des alliés du président Jacob Zuma.

"Les événements de ces derniers jours, concernant les convocations servies au ministre des Finances Pravin Gordhan ont été une préoccupation pour de nombreux Sud-Africains dans tous les secteurs de la société", a déclaré Ramaphosa considéré comme un candidat de poids à la succession de Jacob Zuma en 2019.

"Je prête mon soutien au ministre Gordhan qui fait face à des accusations portées contre lui par l'autorité nationale des poursuites", a ajouté le Vice-président.

Il a également déclaré que les accusations avaient été annoncées lorsque le ministre Gordhan se préparait à faire sa présentation à mi-parcours sur le budget de l'année 2016, elle est prévue le 26 Octobre.

L'action judiciaire qui a secoué les marchés et frappé le rand Sud-Africain arrive au moment où le pays se prépare à d'éventuels déclassements dans les notations financières.

"Quelles que soient les défis judiciaires auxquels le ministre Gordhan peut faire face, nous ne devons pas saper le travail que fait le gouvernement conjointement avec les dirigeants des entreprises et les syndicats, pour stimuler les investissements nationaux et internationaux dans notre économie", a soutenu Ramaphosa.

Copyright de l’image AFP
Image caption Le président Jacob Zuma nie toute accusation de règlement de comptes contre Pravin Gordhan.

Malgré les accusations de règlement de comptes, le président Jacob Zuma a continué à exprimer publiquement son soutien à Gordhan et a nié l'existence d'un fossé dans leurs relations.

L'ANC a connu ses pires élections locales en Août dernier, toutes choses qui ont aggravé les divisions au sein du parti au pouvoir.

La décision de poursuivre Gordhan est "une déclaration de guerre" selon le ministre de la santé Aaron Motsoaledi cité par le Sunday Times.

"Nous voulons l'ordre et la loi, pas des institutions au service des batailles politiques néfastes" a-t-il indiqué selon une citation du journal.

Le chef de l'Alliance démocratique Mmusi Maimane a renouvelé l'appel de son parti à la démission de Zuma et à la marche de solidarité à Prétoria le 2 novembre lorsque Gordhan comparaîtra au tribunal.

Lire plus