Burkina : un coup d'Etat déjoué

Simon Compaoré, Burkina Faso Copyright de l’image AFP
Image caption Simon Compaoré, le ministre burkinabè de l'Administration territoriale et de la Sécurité intérieure

Le gouvernement burkinabè a déclaré jeudi avoir déjoué le 8 octobre dernier un "vaste complot contre la sécurité de l'Etat".

Le putsch manqué est l'œuvre de soldats qui faisaient partie de l'ancien Régiment de sécurité présidentielle (RSP), selon le ministre de l'Administration territoriale et de la Sécurité intérieure, Simon Compaoré.

Une trentaine d'hommes membres de l'ex-RSP ont tenté d'attaquer une caserne de la gendarmerie nationale et une prison militaire, à Ouagadougou, la capitale, a indiqué M. Compaoré lors d'une conférence de presse.

Les auteurs du coup d'Etat manqué ont également tenté de "séquestrer des autorités" et de "s'attaquer" au palais présidentiel "pour prendre le pouvoir par les armes", a-t-il déclaré.

Le RSP, une unité d'élite de l'armée burkinabè constituée d'environ 1 200 soldats, a été dissous à la suite d'un putsch mené par ses dirigeants en septembre 2015.

Au total, 85 personnes ont été inculpées dans le cadre de l'enquête du coup d'Etat de l'an dernier, dont les auteurs avaient accepté de restituer le pouvoir, grâce à une médiation de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest.

Une quarantaine d'entre elles ont été libérées.

Sur le même sujet

Lire plus