Ouagadougou relance son salon artisanal

Des produits de l'artisanat burkinabè Copyright de l’image AFP
Image caption Une exposition au 13e Siao, en 2012

Le 14e Salon international de l'artisanat de Ouagadougou (Siao), ouvert depuis vendredi dernier, se poursuivra jusqu'à dimanche prochain.

Le Siao, un évènement biannuel institué depuis 1990 par le gouvernement burkinabè, n'a pas pu se tenir en 2014 en raison de l'épidémie de fièvre Ebola dans certains pays d'Afrique de l'Ouest.

Environ 3 000 artisans représentant 25 pays d'Asie, d'Europe et d'Afrique, dont le Ghana, l'"invité d'honneur" de cette édition, prennent part à ce salon, indique l'AIB, l'agence de presse officielle du Burkina Faso.

Quelque 300 000 visiteurs sont attendus dans les 550 stands du Siao, qui se veut "la vitrine de l'artisanat africain", selon son commissaire général, Dramane Tou.

Les autorités burkinabè cherchent à "moderniser" ce salon, a indiqué M. Tou.

Des débouchés

Le Siao est "l'occasion donnée de magnifier l'Afrique qui construit, forge, répare, entretient, tisse, habille, alimente, désaltère, taille, tanne, sculpte, décore, et qui continuera à se battre pour l'émergence de ses économies et le bien-être de ses populations", a-t-il assuré.

"L'objectif majeur du Siao est de rassembler (...) les meilleurs artisans du continent africain afin de leur assurer des débouchés sur les marchés nationaux et internationaux et leur permettre d'échanger leurs expériences", a indiqué le ministre burkinabè de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat, Stéphane Wenceslas Sanou, cité par l'Agence France-Presse.

"Artisanat africain, entrepreneuriat féminin et protection sociale" est le thème de l'évènement artisanal de cette année.

Débuté par une exposition-vente des produits artisanaux en 1984, le Siao a ensuite été institué en 1990.

Une trentaine de pays africains étaient représentés à l'édition marquant son institutionnalisation.

Sur le même sujet

Lire plus