Tchad : Saleh Kebzabo exclu du parlement panafricain

Copyright de l’image Daly Motion
Image caption L'opposant tchadien Saleh Kebzabo se dit être persécuté par le pouvoir depuis la présidentielle d'avril dernier

L'exclusion du chef de file de l'opposition tchadienne fait suite à une requête introduite auprès du parlement panafricain par le président de l'Assemblée nationale du Tchad, Haroun Kabadi.

Joint par BBC Afrique, M. Kebzabo a déclaré ne pas être "surpris par son exclusion".

Il s'agit selon lui "d'une des exactions dont il est victime depuis la présidentielle d'avril dernier".

Son parti, l'Union nationale pour le développement et le renouveau (UNDR), a qualifié d'"inadmissible" son éviction.

Il est reproché à Saleh Kebzabo d'user de sa liberté de parole pour critiquer l'Assemblée nationale dont il réclame la dissolution et le redimensionnement pour faire des économies.

Le premier vice-président de l'UNDR, Célestin Topona estime que la décision du président de l'Assemblée nationale tchadienne est "incompatible avec le mandat qu'assume au parlement panafricain Saleh Kebzabo".

Selon la mesure qui date du 28 octobre dernier, M. Kebzabo sera remplacé par le député Saleh Makki.

Sur le même sujet

Lire plus