Dadaab : la fermeture reportée

Des habitants du camp de réfugiés de Dadaab, dans le nord-est du Kenya Copyright de l’image AFP
Image caption Des habitants du camp de réfugiés de Dadaab, dans le nord-est du Kenya

Le gouvernement kényan a prolongé de six mois le rapatriement des réfugiés somaliens du camp de Dadaab (nord-est), qui était prévu à la fin de ce mois.

Il annonce cette décision à la suite des accusations des organisations de défense des droits de l'homme, selon lesquelles Nairobi voulait forcer les réfugiés à rentrer chez eux dès la fin de novembre, malgré les conditions de vie difficiles dans leur pays.

Le général Joseph Nkaissery, le ministre kényan de l'Intérieur, a tenu à préciser que le plan de fermeture du gigantesque camp de réfugiés de Dadaab était toujours en cours d'exécution.

Le Kenya avait prévu de le fermer à la fin de ce mois et de rapatrier les réfugiés somaliens.

Amnesty International a déclaré mardi que les autorités kényanes avaient sommé les Somaliens vivant à Dadaab de rentrer chez eux dès la fin de ce mois.

Le porte-parole du gouvernement kényan, Eric Kiraithe, a démenti cette organisation de défense des droits de l'homme.

Le plan de fermeture du camp a reçu l'assentiment des occupants, qui estiment qu'il était "normal" pour eux de regagner leur pays pour "commencer une nouvelle vie", selon M. Kiraithe.

Le Kenya affirme que Dadaab, où vivent entre 250 000 et 350 000 réfugiés somaliens, aurait servi de base aux islamistes shebab de la Somalie pour planifier les attaques contre le centre commercial Westgate, en 2013, et l'Université de Garissa, en 2015, au Kenya.

Sur le même sujet

Lire plus