Un ex-officier rwandais extradé du Canada

Selon l'ONU, près de 800.000 Tutsi et Hutu modérés ont été tués en 100 jours, d'avril à juillet 1994. Copyright de l’image Getty Images
Image caption Selon l'ONU, près de 800.000 Tutsi et Hutu modérés ont été tués en 100 jours, d'avril à juillet 1994.

Un officier de l'ancienne armée rwandaise soupçonné de participation au génocide des Tutsi de 1994, a été extradé vers Kigali par le Canada.

Le parquet général du Rwanda a annoncé que Jean-Claude Seyoboka est arrivé dans la nuit de jeudi à vendredi.

Ancien sous-lieutenant des Forces armées rwandaises (FAR), M. Seyoboka est accusé d'avoir participé au massacre de Tutsi réfugiés dans le bâtiment du Centre d'études des Langues Africaines (CELA) à Kigali.

Il était arrivé au Canada une année après le génocide et avait obtenu le statut de réfugié qui avait été révoqué par la suite.

Un témoin devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) avait évoqué son implication présumée dans le meurtre de trois personnes à un barrage routier de Kigali pendant le génocide.

Selon un communiqué du parquet, M. Seyoboka, âgé de 50 ans, sera jugé pour "génocide, extermination et meurtres constitutifs de crimes contre l'humanité".