Madagascar : les sans-abris relogés

Raissa Ioussouf, BBC Afrique, Antananarivo

antananarivo, sans-abris Copyright de l’image Getty Images
Image caption Dans une des rues de Madagascar

A une semaine du début de la Francophonie, les autorités malgaches traquent les sans-abris dans les rues d'Antananarivo la capitale.

En début de semaine, le ministère de la population et la commune urbaine d'Antananarivo sont descendus dans les rues des quartiers de la capitale pour reloger les sans-abris. Les autorités malgaches ont choisi un centre d'hébergement de nuit, d'une capacité d'accueil de 350 personnes, dans le quartier d'Isotry pour accueillir ces familles.

C'est le deuxième établissement de ce type dans la capitale. Les autorités disent avoir ouvert ce deuxième centre parce que le premier est saturé.

Aux familles qui dormaient à la belle étoile dans le centre-ville d'Antananarivo, les autorités proposent un gite de nuit.

Malgré tout, la capacité d'accueil est insuffisante pour tous les sans-abris des 6 arrondissements de la capitale qui sont estimés à plus de 1047 d'après le recensement de juin dernier.

Cache misère

A priori, la mesure ne devrait pas faire polémique.

Mais sur les réseaux sociaux, les internautes reprochent aux autorités de vouloir cacher la pauvreté de la capitale avant le sommet de la francophonie.

Landry Solofonirina, directeur de la réinsertion sociale au ministère de la population, affirme que cette action ne vise pas à donner une autre image de la capitale lors du sommet de la francophonie. Pour lui, il s'agit d'aider les sans-abris dans leur réinsertion.

En milieu de semaine, le centre accueillait 156 personnes dont une cinquantaine d'enfants. Mais le jeudi soir, seul 129 personnes sont revenues dormir dans l'établissement. Les autorités espéraient doubler le nombre de personnes accueillies d'ici la fin de la semaine. Le ministère de la population et de la commune urbaine ont suspendu les descentes pour trouver une nouvelle stratégie.

Ils veulent comprendre pourquoi certains sans abris préfèrent retourner dans la rue plutôt que de rester dans le centre d'hébergement.

Lire plus