Mali : scrutin municipal sans grande mobilisation

Les Maliens ont voté ce dimanche pour le scrutin municipal, première consultation depuis l'élection du président Ibrahim Boubacar Keïta en 2013.

Copyright de l’image AP
Image caption Ces élections ont été reportées quatre fois. Cela suffit", a déclaré le président Keïta après avoir voté, saluant "un exercice démocratique".

La participation s'annonçait faible à la fin de la journée, en raison notamment de l'Etat d'urgence dans lequel se trouve le pays. Ce premier scrutin depuis trois ans coincide avec le premier anniversaire de l'attentat jihadiste contre l'hôtel Radisson Blu de Bamako. Attentat qui a fait 20 morts, outre les deux assaillants tués.

"Ces élections ont été reportées quatre fois. Cela suffit", a déclaré le président Keïta après avoir voté, saluant "un exercice démocratique". Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, avait appelé samedi le gouvernement, l'opposition et les groupes signataires de l'accord de paix de mai-juin 2015 à "garantir la tenue, sans incidents, des élections dans les localités où les conditions politiques et sécuritaires permettent leur organisation".

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Les affiches pour l'élection municipale au Mali

Sur le terrain, la situation apparaissait contrastée, selon le correspondant de la BBC, on notait "une faible affluence à Bamako" et une série de perturbations dans le nord et le centre du pays, selon des sources administratives, et auprès d'habitants.

En revanche, le vote n'a pas eu lieu à Kidal (nord-est), bastion de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA, ex-rébellion), qui a dénoncé l'"entêtement du gouvernement" à l'organiser avant l'installation des autorités intérimaires et le retour de "dizaines de milliers de réfugiés et déplacés qui sont directement concernés".

Dans la région voisine de Gao, les élections ne se tenaient que dans une partie des communes. A Tombouctou (nord-ouest), où du matériel électoral a été enlevé et brûlé au cours d'attaques distinctes, y compris dimanche, si le vote se déroulait normalement en ville, il ne se tenait pas en revanche dans la plupart des communes de la région.

Officiellement, seules 15 des 703 communes du pays ne comportent pas de listes, dans le nord-est du pays.

Lire plus