Burkina : les militaires restent en marge de la politique

burkina-faso, militaires Copyright de l’image Getty Images
Image caption Des militaires peuvent revenir en politique

Le parlement du Burkina Faso a voté un amendement qui autorise à nouveau les militaires à occuper des postes dans l'administration publique et à exercer des fonctions ministérielles.

En juin 2015, le Conseil national de la transition (CNT), le parlement mis en place après le renversement du régime de Blaise Compaoré, avait adopté une loi interdisant aux militaires de faire de la politique.

Cette loi leur interdisait aussi d'exercer des fonctions ministérielles et d'occuper des postes dans l'administration publique.

En vertu de cette loi, un militaire ne pouvait pas prétendre à un poste de directeur général d'une société nationale ou de président d'une institution.

Cette loi obligeait les militaires à démissionner d'abord de l'armée pour s'engager en politique.

Le nouvel amendement leur ouvre à nouveau la voie aux hautes fonctions administratives, y compris la direction d'un ministère.

Mais il leur interdit toujours de mener des activités politiques.

Lire plus