RDC : les mouvements "citoyens" se mobilisent

Poly Muzalia, BBC Afrique, Kinshasa

Joseph Kabila a signé un accord avec une partie de l'opposition un accord qui reporte à avril 2018 l'élection présidentielle prévue initialement en décembre prochain. Copyright de l’image AFP
Image caption Joseph Kabila a signé avec une partie de l'opposition un accord qui reporte à avril 2018 l'élection présidentielle prévue initialement en décembre prochain.

A un moins d'un mois de la fin du second mandat du président Joseph Kabila, des mouvements dits citoyens, constitués par des jeunes, se mobilisent, les uns pour son départ du pouvoir, les autres pour son maintien à la présidence.

Un mouvement, jusqu'alors inconnu, baptisé "Ujana" - un mot swahili pour désigner la jeunesse - a pris le contrepied de la campagne "Bye bye Kabila" lancée par ses aînés "Lucha" et "Filimbi", qui exigent la démission de M. Kabila à la fin de son second mandat, le 19 décembre prochain.

Les militants d'"Ujana" soutiennent l'accord politique conclu en octobre par le pouvoir et une frange minoritaire de l'opposition, en vue du report de l'élection présidentielle au mois d'avril 2018.

Félix Momat, l'un de ses membres fondateurs, donne la raison d'être de ce mouvement : "Le mandat du président de la République prend fin le 19 décembre. Mais les fonctions de l'Etat doivent être assurées. Le président Kabila doit rester au pouvoir, conformément (…) à un arrêt de la Cour constitutionnelle et à l'accord politique conclu cette année."

"Patriotisme"

Selon ses fondateurs, "Ujana" a été créé depuis plusieurs semaines et revendique 15 000 membres.

Esther Ilunga, qui fait partie de ses fondateurs, entend mobiliser davantage les militants : "Nous utilisons les réseaux sociaux, qui sont en vogue. Nous organisons des conférences, des débats et des rassemblements avec les jeunes dans les camps militaires, dans les écoles, dans les universités et dans la rue, pour sensibiliser sur les notions de patriotisme… "

Samedi, les deux plus célèbres des mouvements, "Lucha" et "Filimbi", envisagent d'organiser une manifestation pour exiger le départ du président Kabila, le 19 décembre.

Certains de leurs militants ont été arrêtés pour avoir organisé des manifestations contre le maintien de M. Kabila au pouvoir, à la fin de son second mandat.

Lire plus