Libye: l'ONU appelle au calme à Tripoli

Image caption Depuis la chute en 2011 de Mouammar Kadhafi, des groupes armés s'affrontent pour le contrôle du territoire

Des combats ont fait rage jeudi et vendredi dans la capitale libyenne, Tripoli où les populations sont restées chez elles.

Ils ont opposé des milices pro-gouvernementales à un groupe "d'extrémistes" qui s'était installé dans une forêt entourant le complexe hôtelier Rixos où est réfugié depuis la mi-octobre l'ex-Chef du gouvernement de Tripoli, Khalifa Ghweil.

Selon les Nations Unies, ces combats ont fait au moins huit morts en 24 heures.

Dans un communiqué publié vendredi, l'émissaire de l'ONU pour la Libye Martin Kobler a indiqué être en contact avec les camps rivaux pour mettre fin aux violences.

Le même jour à Rome, le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, a assuré qu'aucune option militaire étrangère n'était envisagée en Libye et que seule une solution diplomatique devrait permettre de pacifier le pays.

Depuis la chute en 2011 de Mouammar Kadhafi, des groupes armés s'affrontent pour le contrôle du territoire empêchant les autorités de rétablir l'ordre dans le pays.

Installé depuis le 30 mars, le gouvernement d'union nationale (GNA) qui tente de rétablir l'autorité centrale est également confronté aux djihadistes du groupe Etat islamique (EI) basés de Syrte.

Sur le même sujet

Lire plus