Nigéria : ''l'ONU exagère sur la famine''

Des déplacés internes attendent de la nourriture au camp de Dikwa, dans l'État de Borno, dans le nord-est du Nigeria, le 2 février 2016. Copyright de l’image STRINGER
Image caption Des déplacés internes attendent de la nourriture au camp de Dikwa, dans l'État de Borno, dans le nord-est du Nigeria, le 2 février 2016.

La présidence nigériane affirme que les agences d'aide humanitaire y compris celles des Nations Unies exagèrent sur la situation de famine dans le Nord-Est du Nigéria.

Le porte-parole du président nigérian, Garba Shehu a déclaré mardi que "des revendications hyperboliques" ont été faites par, entre autres, des agences d'aide humanitaire oeuvrant dans la région.

Selon l'ONU, quelques 75 000 enfants risquent de mourir de faim dans les prochains mois.

"Nous sommes préoccupés par les tentatives flagrantes de susciter une inquiétude inexistante sur la famine par certains organismes d'aide internationale", a souligné le responsable nigérian cité par Reuters.

M. Shehu déplore une façon de faire qui vise non pas à apporter une solution à la situation sur le terrain mais à faire plutôt des calculs pour le financement des opérations au niveau local et à l'étranger.

Il rappelle que récemment "un organisme affilié à l'ONU a alerté l'opinion en déclarant que l'année prochaine 100.000 personnes mourront à cause de la famine. Un autre groupe a indiqué qu'un million de personnes mourront".

Vendredi, l'ONU a déclaré avoir doublé son aide humanitaire pour 2017 destinée aux régions du Nord-Est du Nigéria (à 1 milliard de dollars) où, selon elle, près de 7 millions de personnes ont déclaré avoir besoin d'une aide vitale.

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA) dit avoir élaboré un plan d'aide "en étroite coopération avec le Gouvernement ".

Son coordonnateur humanitaire adjoint, Peter Lundberg, a affirmé lundi que "la réalité est que si nous ne recevons pas le financement exigé, des milliers de personnes vont mourir".

De son côté, Le porte-parole de Muhammadu Buhari a déclaré que les agences gouvernementales distribuaient de la nourriture, déploiement d'équipes médicales et assurent l'éducation des enfants de réfugiés dans les camps, ajoutant que le gouvernement continuera de travailler en étroite collaboration avec les organismes d'aide internationale.

Cependant, Garba Shehu reconnait que l'insurrection de Boko Haram a fait "plus de 2 millions de déplacés" notamment dans l'Etat de Borno.

Sur le même sujet

Lire plus