Sénégal : mutualiser les efforts contre le terrorisme

sécurité, macky sall, politique, Copyright de l’image Getty Images
Image caption Président Macky Sall à la tribune lors du troisième forum international de Dakar sur la paix et la sécurité

A la fin du troisième Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité mardi, les chefs d'Etat africains ont avancé des pistes pour lutter contre le terrorisme.

Les chefs d'Etat du Sénégal, du Nigéria et du Cap-vert, ainsi que le Premier Ministre du Mali, ont mis la question des causes de l'insécurité et du terrorisme au centre de leurs préoccupations.

Selon Modibo Keïta, premier ministre du Mali, "il est important de cerner les causes de l'extrémisme afin de mieux orienter les efforts de lutte contre ce phénomène".

Pour le Premier ministre malien, le terrorisme ne survit que dans trois conditions. "Premièrement, l'existence des groupes actifs à travers le Sahel. Deuxièmement, l'existence des flux financiers énormes qui leur permettent d'acquérir des moyens impressionnants. Troisièmement, l'existence des réservoirs humains, où ils peuvent continuer à puiser," a-t-il énuméré. .

C'est sur ces trois aspects que doivent s'inscrire les actions des chefs d'Etat africains.

"Cerner les défis sécuritaires"

D'après Macky Sall, le président du Sénégal, la lutte passe essentiellement par la gestion de l'information. Mais aussi, par la participation active de la population. Le président Macky Sall soutient qu'"aujourd'hui, le terrorisme se manifeste sous plusieurs formes. Notamment, l'extrémisme, le radicalisme présent aussi bien dans les sociétés développés que dans les pays sous-développés. Pour être efficace, il faut donc cerner les défis sécuritaires, appréhender les interactions afin de savoir comment traquer les flux financiers illicites".

Le Président du Nigéria a, pour sa part, axé son intervention sur la lutte contre Boko Haram qui nécessite la mutualisation des efforts entre Etats africains.

Sur le même sujet

Lire plus