Juba : vers la tenue d'un dialogue national

Le président Salva Kiir délivre un discours à Freedom Square, dans la capitale Juba, le 18 mars 2015. Copyright de l’image Anadolu Agency
Image caption Le président Salva Kiir délivre un discours à Freedom Square, dans la capitale Juba, le 18 mars 2015.

Le président du Sud-Soudan Salva Kiir a appelé mercredi à un dialogue national pour mettre fin à trois ans de guerre civile dans son pays.

S'adressant au Parlement, il a annoncé qu'un groupe de personnalités éminentes conduirait des pourparlers incluant tous les Soudanais du Sud, y compris l'opposition en exil.

"Pas question de laisser le Soudan du Sud se désagréger. Votre gouvernement garantira la sécurité et la liberté de tous les acteurs qui participeront au dialogue ", a déclaré Salva Kiir.

Dans son discours, le chef de l'Etat n'a pas mentionné le nom de son rival, l'ancien vice-président Riek Machar.

Ce dernier a fui le pays après l'échec de la récente tentative de réconciliation entre les deux hommes et qui a viré à des combats acharnés dans la capitale, Juba.

M. Machar s'est réfugié en Afrique du Sud dont les autorités ont démenti les informations selon lesquelles l'ex vice-président du Soudan du Sud vit en résidence surveillée.

À Genève, le Conseil des droits de l'homme des Nations unies a tenu mercredi une session spéciale sur le Sud-Soudan, demandant le déploiement d'une force régionale de 4.000 hommes dans tout le pays.

La présidente de la commission des droits de l'Homme au Soudan du Sud, Yasmin Sooka, a déclaré qu'une guerre ethnique totale pourrait bientôt éclater et menacer toute la région.

Le président Kiir a nié les informations persistantes selon lesquelles ses troupes se sont livrées à un nettoyage ethnique, y compris des viols massifs et des massacres.

Sur le même sujet

Lire plus