Ping dénonce des "crimes contre l'humanité"

Au Gabon, l'opposant Jean Ping, qui conteste la réélection du président Bongo, a accusé son adversaire de crime contre l'humanité.

Copyright de l’image AFP
Image caption M. Ping a déposé jeudi devant la Cour pénale internationale (CPI) une plainte contre son adversaire Ali Bongo.

Il a lancé lundi cinq jours de mobilisation pour "l'alternance".

M. Ping a déposé jeudi devant la Cour pénale internationale (CPI) une plainte contre son adversaire Ali Bongo.

M. Ping, qui se proclame le "président élu", accuse les autorités gabonaises de "crimes contre l'humanité" dans les violences post-électorales fin août-début septembre.

"Les premiers éléments d'enquête déjà déposés engagent véritablement aussi les commandants des unités de la Garde républicaine, de la gendarmerie et de la police, y compris les éléments composant les milices recrutées pour la basse besogne", a détaillé M. Ping en ouvrant son "Dialogue nationale pour l'alternance" avec des syndicats, organisations religieuses, associations et ONG.

"Tous devront s'expliquer bientôt. Toute la chaîne de commandement et de responsabilité sera minutieusement analysée et les coupables seront identifiés, nommés et punis tôt ou tard. Les professionnels de la justice internationale s'occupent d'ores et déjà de leurs cas", a-t-il assuré devant ses partisans.

La veille, M. Ping avait participé à un hommage religieux aux "martyrs de la démocratie", avec le témoignage d'une jeune femme prétendant avoir été la victime de la violence des forces de sécurité dans la nuit du 31 août au 1er septembre.

Le Gabon a connu une crise politique violente après la proclamation de la réélection d'Ali Bongo le 31 août.

"Entre les chiffres officiels et ceux de l'opposition, le décompte des victimes variait entre cinq et 100", selon le rapport final de la Mission d'observation électorale de l'Union européenne présenté lundi dernier à Libreville.

Ce rapport évoque des "anomalies" qui "mettent en question l'intégrité du processus de consolidation des résultats et du résultat final de l'élection".

M. Ping a de nouveau demandé lundi à la communauté internationale "des sanctions ciblées" contre des responsables gabonais.

Sur le même sujet