Kpéaba : la Guinée dément

Les soldats guinéens se sont ensuite retirés de la localité fin février 2013, après des négociations. Copyright de l’image AFP
Image caption Les soldats guinéens se sont ensuite retirés de la localité fin février 2013, après des négociations.

Le ministre d'Etat guinéen chargé de la Défense nationale, Mohamed Diané, nie l'implication de soldats guinéens l'attaque de ce jeudi contre un village de Kpéaba, dans l'Ouest de la Côte d'Ivoire, ayant fait un mort.

Dans un communiqué relayé par l'AFP, M. Diané a indiqué que "le gouvernement regrette et condamne l'incident tragique survenu à la frontière commune avec la République soeur de Côte d'Ivoire".

Il a ajouté que son pays "est en mesure d'affirmer qu'aucun soldat guinéen n'était impliqué dans cette tragédie".

Le ministre souligne que les départements concernés par les questions dedéfense et de sécurité "ont décidé de la mise en place de patrouilles mixtes le long de cette frontière".

Un assaut a été mené dans la nuit de mercredi ce village, à environ 15 km de la frontière, village au cœur d'un litige entre les deux pays.

L'agence rapporte qu'un responsable ivoirien a affirmé que les assaillants étaient des militaires guinéens accompagnés de civils.

En janvier 2013, des militaires guinéens s'était rendus à Kpéaba et avait retiré le drapeau ivoirien pour hisser celui de la Guinée, ce qui avait provoqué de violents incidents avec les habitants, sans faire de victimes.

Les soldats guinéens se sont ensuite retirés de la localité fin février 2013, après des négociations entre le gouvernement de la Guinée et celui de la Côte d'Ivoire.

Sur le même sujet

Lire plus