Maroc: le TGV prêt pour 2018

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Un wagon TGV fabriqué par Alstom est chargé sur un navire en partance vers Tanger

La première ligne de train à grande vitesse du continent se construit actuellement au Maroc. Ce TGV devrait être prêt pour 2018. Les travaux sont terminés à 85%. Le pays attend d'importantes retombées économiques.

Chaque année, des millions de Marocains empruntent le train pour voyager à travers le pays. Des trajets parfois très longs, mais cela est en passe de changer, car un train à grande vitesse reliera bientôt la capitale économique du pays à la ville de Tanger. Le TGV est actuellement en train d'être testé.

Le Maroc a acheté 12 trains à grande vitesse à la France. Ils seront mis en circulation en 2018. Les TGV construits par le géant français de l'ingénierie Alstom réduiront de moitié les temps de trajet. Ils devront relier Casablanca à Tanger - les deux pôles économiques du pays - en 2 h 15 au lieu de 4 h 45 actuellement.

Une nouveauté qui bénéficiera à l'économie

Le projet a couté près d'1.9 milliard de dollars. Une initiative, en grande partie financée par la France, mais également, par le Maroc, le Koweït, l'Arabie Saoudite et l'émirat d'Abu Dhabi.

Mais le TGV ne fait pas que des adèptes. Certains pensent que ce projet est trop ambitieux pour un pays d'Afrique du Nord. « Nous avons d'autres priorités. Le TGV va couter 25 milliards de Dirhams. On peut construire 25 000 écoles avec cet argent", s'insurge Omar Balafrej, l'un des cofondateurs de Stop TGV, un collectif d'associations. Et de rappeler que "10 mètres de chemin de fer pour le TGV coute autant qu'une école."

Ces dernières années, le Maroc est devenu un pôle international de développement. Mais, dans un pays où le taux d'analphabétisme est élevé et où de fortes inégalités sociales persistent, beaucoup craignent que ce genre de projets onéreux ne profite qu'aux plus privilégiés.