Israël : la police veut entendre Netanyahu

Le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu s'exprimant lors d'une conférence de presse, le 18 novembre 2014, à Jérusalem. Copyright de l’image Lior Mizrahi
Image caption Le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu s'exprimant lors d'une conférence de presse, le 18 novembre 2014, à Jérusalem.

Selon les médias israéliens, la police a demandé aux collaborateurs du Premier ministre Benjamin Netanyahu de donner une date pour qu'il soit entendu sur des allégations de corruption.

M. Netanyahu a illégalement reçu des pots de vins des entreprises, selon la presse locale.

Dans une déclaration, le chef du gouvernement d'Israël a nié être coupable d'actes répréhensibles. Il soutient qu'aucune enquête ne trouvera de preuves contre lui.

Ces dernières semaines, deux députés de l'opposition ont saisi la Cour suprême pour demander pourquoi le procureur général Avichai Mandelblit n'avait pas encore ordonné une enquête sur le Premier ministre malgré ce qu'ils qualifiaient de "preuves écrasantes".

En novembre, le procureur général avait ordonné une enquête de la police sur l'achat de trois sous-marins allemands par l'Etat hébreu.

Le Premier ministre israélien a tout de même reconnu avoir reçu de l'argent du magnat français Arnaud Mimran. Ce dernier a écopé en juillet d'une peine de 8 ans de prison pour escroquerie à la taxe carbone de 283 millions d'euros.

En mai, un rapport critique du contrôleur de l'Etat se penchait sur les voyages en avion de M. Netanyahu et de sa famille lorsqu'il était ministre des Finances de 2003 à 2005, pointant du doigt de possibles conflits d'intérêt.

Sur le même sujet

Lire plus