Mauritanie: nouveau procès pour un condamné à mort

Mohamed Cheikh Ould Mohamed, avait été en première instance reconnu coupable d'apostasie et condamné à mort le 24 décembre 2014 par la Cour criminelle de Nouadhibou (nord-est). Copyright de l’image Cridem
Image caption Mohamed Cheikh Ould Mohamed, avait été en première instance reconnu coupable d'apostasie et condamné à mort le 24 décembre 2014 par la Cour criminelle de Nouadhibou (nord-est).

La Cour suprême de Mauritanie a décidé mardi qu'un Mauritanien condamné à mort pour un billet de blog jugé blasphématoire serait rejugé par une nouvelle Cour d'appel.

La Cour suprême "a décidé de renvoyer" le dossier de Cheikh Ould Mohamed Ould Mkheitir "devant une Cour d'appel autrement composée, c'est-à dire-différente de celle qui l'a déjà condamné à mort".

Cheikh Ould Mohamed Ould Mkheitir, également identifié comme Mohamed Cheikh Ould Mohamed, avait été en première instance reconnu coupable d'apostasie et condamné à mort le 24 décembre 2014 par la Cour criminelle de Nouadhibou (nord-est).

Le 21 avril 2016, la Cour d'appel de Nouadhibou avait confirmé la peine de mort mais en requalifiant les faits en "mécréance", une accusation moins lourde prenant en compte son repentir, puis renvoyé son dossier devant la Cour suprême. Ses avocats avaient demandé à la Cour suprême que sa repentance soit prise en compte.

La Cour d'appel qui doit rejuger l'affaire va également statuer sur son repentir, a indiqué mardi un expert juridique.

L'accusé est détenu à Nouadhibou depuis le 2 janvier 2014. Il est poursuivi pour un article sur l'internet considéré comme blasphématoire envers le prophète de l'islam.

En première instance, il avait plaidé non coupable et expliqué qu'il n'avait pas l'intention de critiquer le prophète, mais de défendre une composante sociale "mal considérée et maltraitée", la caste des forgerons ("maalemine"), dont il est lui-même issu, traditionnellement au bas de l'échelle sociale.