RDC : des violences meurtrières

Poly Muzalia, Kinshasa, BBC Afrique

Le calme est revenu à Kimpese après l'intervention de l'armée et de la police. Copyright de l’image Getty Images
Image caption Le calme est revenu à Kimpese après l'intervention de l'armée et de la police.

Au moins 12 personnes ont été tuées à Kimpese, dans l'ouest de la République démocratique du Congo, dans des affrontements entre les forces de l'ordre et les adeptes du Bundu dia Kongo, un mouvement politico-religieux.

Ce bilan fourni par des sources hospitalières a été confirmé par une autorité locale qui a préféré garder l'anonymat.

Selon une source de la société civile locale, les violences découlent de rivalités entre deux factions de la secte Bundu Dia Kongo.

Après plusieurs jours de tensions, la police et l'armée sont intervenues vendredi pour empêcher de nouvelles violences entre les factions rivales.

Les rivalités découlent de la récente nomination au gouvernement d'un cadre de cette secte.

Une nomination qui irrite le député Né Mwanda Nsemi, leader de Bundu Dia Kongo.

Bundu Dia Kongo est un mouvement politico-religieux très influent dans le Congo central, une province située dans l'extrême ouest de la RDC.

Un calme précaire régnait vendredi soir à Kimpese, après une nuit agitée.

Ce n'est pas la première fois que des affrontements opposent les forces de l'ordre aux adeptes de cette secte.

En 2008, l'ONU avait publié un rapport dénonçant la mort d'une centaine de partisans de Né Mwanda Nsemi au cours d'une opération de police controversée. Une version démentie par le gouvernement.

Lire plus