Les funérailles de Tshisékédi divisent

RDC Copyright de l’image Getty Images
Image caption Le parti d'Etienne Tshisekedi exige aussi l'érection d'un mausolée pour l'opposant historique décédé en Belgique la semaine passée.

L'Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) exige la nomination d'un nouveau Premier ministre issu des rangs du Rassemblement que dirigeait Tshisékédi, avant l'organisation de ses funérailles par les autorités en République Démocratique du Congo.

Selon les partisans du défunt chef de l'opposition, le président Kabila doit nommer ce nouveau Premier ministre comme le stipule l'accord obtenu après plusieurs semaines de dialogue sous l'égide de la Conférence épiscopale des évêques du Congo (Cenco). Et ce avant les funérailles de l'opposant historique.

La prise en charge des frais funéraires de M. Tshisékédi incombe à ce nouveau gouvernement prévu par l'accord du 31 décembre 2016.

Le parti d'Etienne Tshisekedi exige aussi l'érection d'un mausolée pour l'opposant historique décédé en Belgique la semaine dernière.

Pour sa part, le camp du président Joseph Kabila a annoncé vouloir organiser "des funérailles dignes" du Premier ministre que fut Tshisekedi au début de la décennie 1990 pendant la période d'ouverture démocratique sous le président Mobutu (1965-1997).

Tshisekedi est mort à Bruxelles mercredi 1er février à 84 ans, huit jours après avoir été transporté du Congo, alors que la coalition du "Rassemblement" de l'opposition, créée en juin autour de sa figure tutélaire, négociait avec le pouvoir la mise en œuvre d'une période de transition politique jusqu'à l'élection d'un successeur à M. Kabila.

Ces négociations ne devraient pas reprendre avant l'enterrement.