Burundi : l’Onu appelle au dialogue

Image caption Le Secrétaire Général de l'Onu, Antonio Guterres compte sur l'engagement du président Pierre Nkurunziza et sa coopération afin de trouver une solution inclusive et durable à l'impasse politique que traverse son pays.

L'appel des Nations Unies intervient quelques jours après la reprise des pourparlers de paix interburundais à Arusha en Tanzanie.

Le gouvernement burundais avait refusé de participer aux négociations en avançant qu'il y avait à la table des discussions plusieurs membres de l'opposition en exil recherchés par la justice du pays.

Dans un rapport au Conseil de sécurité, le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a déclaré que toutes les parties prenantes de la crise au Burundi devraient privilégier les intérêts de leur pays et non les leurs.

Antonio Guterres, a également fait part de ses inquiétudes suite aux propos récents du président burundais Pierre Nkurunziza, de briguer un quatrième mandat.

Bujumbura qui a accusé l'ONU de partialité a également demandé le remplacement de Benomar Jamal, le conseiller spécial du secrétaire général de l'ONU traitant du conflit dans le pays.

Le Burundi est plongé dans une crise politique depuis que le président Pierre Nkurunziza a décidé de briguer un troisième mandat en 2015.

Les violences qui s'en sont suivies ont fait plusieurs centaines de morts et près de 390.000 déplacés.

Selon l'Onu, plus de 500.000 burundais pourraient fuir le pays en 2017.

Sur le même sujet

Lire plus