Guinée: Condé limoge trois ministres

Les écoles guinéennes ont le 22 février rouvert après trois semaines de grève des enseignements qui ont entraîné des manifestations ayant conduit à la mort de sept personnes. Copyright de l’image Getty Images
Image caption Les écoles guinéennes ont le 22 février rouvert après trois semaines de grève des enseignements qui ont entraîné des manifestations ayant conduit à la mort de sept personnes.

Le président guinéen Alpha Condé a limogé trois ministres après les manifestations d'élèves ayant fait près de sept morts dans la capitale, Conakry.

Selon un décret publié lundi, le président Condé a mis fin aux fonctions du ministre de l'Enseignement pré-universitaire et de l'Alphabétisation Ibrahima Kourouma, du ministre de la Fonction publique, de la Réforme de l'Etat et de la Modernisation de l'Administration, Sékou Kourouma, et du ministre de l'Environnement, des Eaux et Forêts, Christine Sagno.

Les écoles guinéennes ont le 22 février rouvert après trois semaines de grève des enseignements qui ont entraîné des manifestations ayant conduit à la mort de sept personnes.

La capitale guinéenne, Conakry, était secouée depuis plusieurs semaines par une grève des enseignants vacataires qui exigent leur intégration à la fonction publique.

Soutenu par des élèves, le mouvement s'est durci avec l'entrée en grève des syndicats des enseignants du primaire et du secondaire de l'enseignement public qui réclamaient aussi une augmentation de salaires et de meilleures conditions de travail.

En raison de ces manifestations, le gouvernement avait ordonné la fermeture des écoles le 1er février avant d'appeler les grévistes à la reprise des cours le 13 février.