Grève des routiers à Pretoria

Leurs chauffeurs en grève protestaient contre le plan de développement des énergies renouvelables Copyright de l’image AFP
Image caption Leurs chauffeurs en grève protestaient contre le plan de développement des énergies renouvelables (Image d'archive)

Plusieurs centaines de camions transportant du charbon ont bloqué des autoroutes à Pretoria mercredi.

Ce mouvement d'humeur a provoqué des bouchons interminables à Pretoria, la capitale sud-africaine .

Leurs chauffeurs en grève protestaient contre le plan de développement des énergies renouvelables présenté récemment par le président Jacob Zuma. Ils craignent de perdre leur emploi.

Selon les professionnels du charbon, 30 000 emplois seraient menacés dans leur secteur avec la mise en place des centrales d'énergies renouvelables.

Mary Phadi, la porte-parole du Forum du transport du charbon a déclaré être contre la signature d'un contrat avec les producteurs indépendants d'énergie.

"Toutes les mines produisant du charbon seront affectées et les centrales à charbon, vont être obligé de fermer », a-t-elle déclaré

Pour faire entendre leur crainte, des centaines de chauffeurs de camions, employés par Eskom, la compagnie nationale d'électricité, ont donc organise une opération escargot sur les autoroutes de la capitale Pretoria.

Résultats : des bouchons de plusieurs dizaines de kilomètre ont bloqué des milliers d'automobilistes.

Les chauffeurs en colère se sont ensuite rendus devant l'Union Building, le siège du gouvernement sud-africain pour remettre leur liste de revendications.

Le 10 février dernier, Jacob Zuma avait exhorté Eskom, la compagnie publique à signer des contrats de rachat d'électricité produite grâce a des énergies propres et renouvelables.

Et puis, Matshela Koko, le directeur par intérim d'Eskom, a annoncé que les contrats avec les transporteurs de charbon fournissant la compagnie nationale d'électricité arriveront à leur terme en mars 2018 et ils ne seront pas renouvelés.

Une annonce qui a mis en colère les chauffeurs de camion.

Très dépendante du charbon, l'Afrique du Sud tarde pourtant à prendre le virage des énergies renouvelables, alors que les spécialistes assurent que le cout du kilowattheure dans le solaire, le gaz et l'éolien coute moins cher que dans le charbon ou le nucléaire.

Sophie Ribstein,

Johannesburg,

BBC Afrique.