RDC: assaut contre Bundu Dia Kongo

Ne Muanda Nsemi avait menacé dans des vidéos circulant sur les réseaux sociaux de vouloir " frapper " appellant au départ du chef de l'Etat. Copyright de l’image Getty Images
Image caption Ne Muanda Nsemi avait menacé dans des vidéos circulant sur les réseaux sociaux de vouloir " frapper " appellant au départ du chef de l'Etat.

En République démocratique du Congo, les forces de l'ordre ont lancé l'assaut contre la résidence de Ne Muanda Nsemi, deputé et chef du mouvement politico-religieux Bundu Dia Kongo, (BDK).

Ne Muanda Nsemi avait menacé dans des vidéos circulant sur les réseaux sociaux de vouloir " frapper " appellant au départ du chef de l'Etat.

Ses adeptes sont retranchés à son domicile à Kinshasa depuis plus de deux semaines.

Le quartier général de Bundu Dia Kongo avait aussi été pris d'assaut, une opération qui avait alors fait 3 morts, selon la croix-rouge congolaise .

Mi-février, la police avait utilisé du gaz lacrymogène et fait des tirs de sommation pour tenter de déloger un groupe d'adeptes du mouvement Bundu Dia Kongo, retranchés dans leur lieu de culte.

Des violences similaires avaient également éclaté à Kimpese, à une centaine de km de Kinshasa.

Au cours de ces incidents, une dizaine de partisans du mouvement Bundu Dia Kongo, avaient perdu la vie.