Mauritanie: manifestation de l'opposition

Copyright de l’image Kypros
Image caption Le Sénat doit entamer lundi l'examen du projet de révision constitutionnelle.

"Nous demandons au Sénat de rejeter cette révision et de refuser de signer son propre arrêt de mort", a lancé Moussa Fall, le président du Forum national pour l'unité et la démocratie (FNDU) co-organisateur de la marche avec d'autres partis d'opposition.

Le président de la FNDU reproche au texte constitutionnel proposé de "s'attaquer à nos valeurs et nos symboles, comme le drapeau national".

Le Sénat doit entamer lundi l'examen du projet de révision après son adoption jeudi à une écrasante majorité par l'Assemblée nationale.

Le texte modifie la Constitution en vigueur depuis 1991 et prévoit notamment la suppression du Sénat, remplacé par des Conseils régionaux, et un changement de drapeau national.

Il prévoit aussi la suppression de la Haute Cour de Justice, du médiateur de la République et du Haut Conseil islamique.

Ces amendements avaient été arrêtés lors d'un dialogue entre le pouvoir et l'opposition dite modérée en septembre-octobre 2016.