Ouganda: des affrontements font plus de cent morts

Selon Maria Burnett, directrice de la division Afrique de Human Rights Watch ces tueries ne devraient pas être dissimulées Copyright de l’image Getty Images
Image caption Selon Maria Burnett, directrice de la division Afrique de Human Rights Watch ces tueries ne devraient pas être dissimulées

Dans un rapport publié mercredi, l'ONG Human Rights Watch révèle que plus de cent personnes sont mortes lors de violents affrontements entre les forces de l'ordre ougandaises et la milice d'un chef local dans l'ouest du pays.

Dans son rapport, l'Ong internationale de défense des Droits de l'Homme précise que la plupart des victimes sont des enfants.

Ces affrontements ont eu lieu fin novembre dernier à Kasese dans l'ouest du pays.

L'enquête menée par Human Rights Watch entre janvier et février auprès de centaines de proches de victimes, des responsables religieux et des services de sécurité de l'administration locale, révèle qu'au moins 55 personnes, dont 14 policiers, ont été tuées le 26 novembre et plus de 100 autres, le lendemain.

Kampala affirme pour sa part que les affrontements ont fait 87 morts.

Maria Burnett la directrice de la division Afrique de l'organisation a indiqué que l'assaut contre le palais à Kasese, a fait plus de victimes que tout autre événement depuis le début du conflit.

Ces tueries ne devraient pas être dissimulées, a-t-elle précisé.

Elle signale par ailleurs que des habitants de Kasese sont toujours à la recherche de proches, dont des enfants, et demande que justice soit rendue pour ces meurtres.

Le roi de Kasese interpellé puis inculpé pour terrorisme et trahison peu après les faits, avait été remis en liberté provisoire en février dernier.