RDC : reprise du dialogue politique

L'église catholique congolaise a joué un rôle clé dans la signature de l'accord du 31 décembre 2016 Copyright de l’image Getty Images
Image caption L'église catholique congolaise a joué un rôle clé dans la signature de l'accord du 31 décembre 2016

Les tractations sur le partage du pouvoir entre le pouvoir et l'opposition ont repris jeudi à Kinshasa, près d'un mois après leur suspension.

Ces travaux avaient été suspendus après le décès le 1er février de l'opposant historique Etienne Tshisekedi.

Deux mois et demi après la signature de l'accord politique devant régir la transition, les discussions semblent au point mort.

Alexis Tamboumwamba, de la majorité présidentielle qui s'est réjoui de cette reprise, se dit optimiste.

Cet avis n'est pas partagé par Eve Bazaïba, membre de l'opposition. Elle se dit exaspérée par les blocages actuels.

Signé le 31 décembre dernier sous les auspices de la Conférence épiscopale du Congo (Cenco), l'accord entre la majorité et l'opposition tarde à être appliqué.

Les deux parties ne parviennent toujours pas à s'entendre sur les modalités de partage du pouvoir alors que des élections sont censées avoir lieu cette année.

Les discussions en cours pourraient être encore retardées en raison des dissensions actuelles au sein du Rassemblement, un regroupement d'une frange de partis de l'opposition crée par Etienne Tshisekedi.

Depuis la disparition de l'opposant, deux factions rivales se disputent le leadership de cette formation politique.