RDC : arrestation de sept militaires

La justice militaire congolaise a annoncé avoir arrêté sept militaires accusés de crimes de guerre ce samedi.

Copyright de l’image AFP
Image caption Des hommes en uniforme tiraient sur des villageois non armés, ou simplement de lance-pierres.

Ces arrestations ont été opérées dans le centre de la République démocratique du Congo secouée.

Le centre est le bastion d'une rébellion de miliciens d'un chef coutumier qui ont tué 400 personnes.

Par ailleurs, la mission de l'ONU en RDC (Monusco) s'est déclarée "préoccupée" suite à des informations faisant état d' "un nombre important de personnes tuées" en deux jours d'affrontements entre les forces de sécurité et les miliciens du chef Kamwina Nsapu, dans un communiqué samedi.

En février, une vidéo tournée dans un village du Kasaï central (centre de la RDC) largement partagée sur les réseaux sociaux montre des hommes en uniforme.

Ces hommes tiraient sur des villageois non armés, ou simplement de lance-pierres ou de bâtons, puis insulter et achever leurs victimes.

Mais le gouvernement avait qualifié la vidéo de "montage grossier" avant de décider de mener des enquêtes "par précaution" face aux allégations persistantes de violations graves des droits de l'Homme attribuées à des éléments des Forces armées de la RDC.

Dans la nuit du 14 au 15 mars 2017, les opérations des forces de sécurité à Kananga ont conduit à un grand nombre de victimes", note le document.

Le Kasaï est le théâtre depuis septembre 2016 d'une rébellion née de la mort, le mois précédent, lors d'une opération militaire, du chef coutumier Kamwina Nsapu, entré en conflit avec le pouvoir central.

Les violences y ont fait au moins 400 morts depuis septembre.

Lire plus