RDC : indemnisation des victimes de Katanga

La Cour Pénale Internationale pourrait attribuer ses premières réparations pour crimes de guerre. Copyright de l’image Getty Images
Image caption Germain Katanga ancien chef de milice congolais

Les premières indemnisations vont concerner les victimes de l'ancien chef de milice congolais, Germain Katanga, actuellement en prison à Kinshasa, pour "crime de guerre, crime contre l'humanité et participation à un mouvement insurrectionnel" dans la région de l'Ituri.

La Chambre de première instance II de la Cour pénale internationale va prononcer son ordonnance de réparation à quelques 304 victimes de Germain Katanga et ses hommes. Il a été accusé d'avoir facilité et coordonné l'approvisionnement en armes des membres de sa milice.

Selon l'acte d'accusation, cette milice a tué par balle ou à la machette environ 200 personnes, le 24 février 2003, lors de l'attaque du village de Bogoro dans le nord-est de la RDC.

Un communiqué de la CPI , précise qu'une vidéo du prononcé de cette ordonnance sera retransmise en direct dans la prison de Makala et à Bunia où les massacres ont été commis.

Germain Katanga a été condamné le 23 mai 2014 à une peine de 12 ans d'emprisonnement après avoir été déclaré coupable, en tant que complice d'un chef de crime contre l'humanité et de quatre chefs de crimes de guerre notamment meurtres, attaques contre une population civile, destructions de biens et pillages.

.