Vaccins : des systèmes obsolètes

Des personnels de santé débarquent des caisses contenant des vaccins de fièvre jaune à Kinshasa Copyright de l’image Getty Images
Image caption Des personnels de santé débarquent des glacières contenant des vaccins de fièvre jaune à Kinshasa

Un pays sur trois dans le monde subit au moins une rupture de stock pour un vaccin pendant un mois minimum, selon de récentes études.

Ces dernières dénoncent l'obsolescence des chaines d'approvisionnement des vaccins.

Ce qui retarde et limite les effets des vaccins en matière de protection de la santé des populations.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Un vaccin du VIH Sida dans une glacière à Pretroria, en Afrique du Sud

Les auteurs de cette étude ont également signalé qu'entre 19 et 38% des vaccins dans le monde sont accidentellement exposés à des températures négatives, compromettant leur efficacité.

Pour faire face à ces problèmes de conservation, certains pays ont choisi d'utiliser des réfrigérateurs solaires sans batterie.

Selon les chercheurs, ces mesures permettent d'augmenter la disponibilité des vaccins pour assurer la couverture dans les régions les plus isolées.

"Il existe beaucoup de régions dans le monde où les personnes qui en ont le plus besoin n'ont pas accès aux vaccins", explique Steve Davis, PDG de PATH, une ONG d'innovation dans le domaine de la santé.

Il estime qu'il faut "exercer les mêmes efforts colossaux pour la distribution des vaccins que ceux déployés pour leur développement".

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Le vaccin contre la fièvre EBOLA administrée à une femme en République de Guinée.

L'utilité des vaccins

D'après l'Organisation mondiale de la santé (OMS), les vaccins préviennent jusqu'à trois millions de décès par an, mais la moitié pourrait être évitéé en améliorant la couverture vaccinale mondiale.

En 2015, plus 19 millions de nourrissons dans le monde n'ont pas été vaccinés.

"Nous devons agir pour combler ce manque de vaccination", déclare le Dr Matshidiso Moeti, Directeur régional de l'OMS pour l'Afrique.

"La réalisation de l'objectif du Plan d'action mondial pour la vaccination, offrant un accès universel à la vaccination d'ici 2020 serait bénéfique pour la santé de plusieurs millions d'africains", soutient-il.