Journée ville morte en RDC

Des rues vides, l'essentiel des commerces fermés, un dispositif policier renforcé Copyright de l’image Poly Muzalia
Image caption Des rues vides, l'essentiel des commerces fermés, un dispositif policier renforcé

Le Rassemblement, regroupement de partis politiques d'opposition, a appelé à une journée ville morte en République démocratique du Congo pour dénoncer l'échec des discussions sur le partage du pouvoir.

L'opposition dénonce le "chaos" né de l'échec des discussions pour l'application de l'accord du 31 décembre entre le pouvoir et l'opposition sous l'égide de la Conférence épiscopale des évêques du Congo (CENCO).

Copyright de l’image Poly Muzalia
Image caption Kinshasa a des allures de ville fantôme ce lundi matin

Elle compte ainsi faire pression sur le président Kabila, responsable d'après elle, du blocage dans l'application de l'accord politique du 31 décembre.

Des rues vides, l'essentiel des commerces fermés, un dispositif policier renforcé. Kinshasa a des allures de ville fantôme ce lundi matin. A l'appel de l'opposition, la plupart des habitants de la capitale sont restés terrés chez eux.

Sur le même sujet:

RDC: la Cenco met fin à ses bons offices

RDC: appel à la résistance

Trois mois après la signature de cet accord politique entre la majorité présidentielle et l'opposition, les évêques de la CENCO ont constaté l'impasse dans les négociations sur le partage du pouvoir et mis fin à la médiation qu'ils ont entamée.

Copyright de l’image Poly Muzalia
Image caption A l'appel de l'opposition, la plupart des habitants de la capitale sont restés terrés chez eux.

Deux principaux points sont à l'origine de ce blocage, d'abord les modalités de désignation du premier ministre de la transition et ensuite les critères pour désigner le président du conseil national de suivi de l'accord de la Saint Sylvestre (CNSA).

Ce poste avait été attribué à Etienne Tshisekedi, le défunt président de l'UDPS et leader historique de l'opposition congolaise, décédé le 1er février dernier.

Le président Joseph Kabila, tente de relancer le dialogue.

Adresse à la nation

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Depuis près de deux ans, la RDC subit une crise politique majeure.

Lundi, le chef de l'Etat entame des consultations avec la classe politique, excepté l'aile majoritaire du Rassemblement de l'opposition qui refuse d'y participer.

Après ces consultations, le chef de l'Etat compte s'adresser à la Nation.

Ce mot d'ordre de journée ville morte est diversement suivi à travers le pays. Si à Kinshasa, la ville tourne au ralenti, à Goma par exemple, les activités se passent normalement malgré une forte présence policière. Même chose à Lubumbashi, au Sud-Est du pays.

Depuis près de deux ans, la RDC subit une crise politique majeure.

L'opposition soupçonne le président Kabila de chercher à s'éterniser au pouvoir.

Les élections prévues fin 2016 ont été reportées.

A ce jour, tous les élus du pays, y compris le chef de l'Etat sont fin mandat.

D'après un accord conclu entre le pouvoir et l'opposition, de nouvelles élections pourraient être organisées fin 2017.