Kasaï: des témoins des violences racontent

Dans le Kasai Central en RDC ou au moins 23 fosses communes ont été découvertes par l'ONU Copyright de l’image Getty Images
Image caption Dans le Kasai Central en RDC ou au moins 23 fosses communes ont été découvertes par l'ONU

BBC Afrique s'est rendu dans le Kasai Central en RDC ou au moins 23 fosses communes ont été découvertes par l'ONU. Dans cette région les forces de l'ordre affrontent une rébellion. L'armée, qui est soupçonnée de commettre des exactions contre les civils, dit qu'elle enquête.

Poly Muzalia,

De retour du Kasaï,

BBC Afrique

Nous sommes à Nganza, dans la banlieue de Kananga, le chef-lieu du Kasai central. Le quartier est désert. La plupart des maisons sont vides. Les habitants ont fui.

Les quelques personnes qui sont restées, vivent dans la peur. Elles disent qu'elles subissent des exactions de la part des militaires, à la recherche de miliciens présumés.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Un conflit sanglant ayant opposé les forces gouvernementales et la milice tribale a fait 400 morts, selon les Nations unies.Copyright de l'image

"Lorsque les tirs ont commencé, mes enfants ont couru et se sont cachés dans une maison voisine. Mais les militaires sont entrés dans cette maison. Trois personnes ont été tuées et un de mes enfants a été blessé "

A lire aussi

RDC: 80 personnes arrêtées lundi

RDC : Bruno Tshibala nommé Premier Ministre

RDC: 13 fosses communes découvertes

Selon un autre témoignage, la situation est volatile dans la zone.

Des coups de feu retentissent, alors que nous parlons aux habitants Difficile de savoir qui est visé par ces tirs. Heureusement nous sommes accompagnés par des casques bleus de la Mission des Nations unies en RDC (Monusco). Ils nous évacuent rapidement.

Les violences ont éclaté en août 2016 lorsque la police a tué Kamwina Nsapu, un chef traditionnel local. Depuis, ses partisans se sont révoltés.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Un site où des fosses communes ont été dissimulées près de Goma en mars 2017

Deux experts des Nations unies ont été assassinés en mars dernier, alors qu'ils enquêtaient sur des massacres et des fosses communes.

De la terre fraîchement retournée au milieu de la savane herbeuse. Quelques mouches tournoient dessus. D'après l'ONU, il s'agit d'une fosse commune, l'une des 23 qu'elle dit avoir découverte dans la région.

Difficile de savoir combien de personnes sont enterrées dedans, encore moins les circonstances dans lesquelles elles sont mortes.

D'après les témoignages recueillis, les forces de l'ordre seraient derrière la plupart ces fosses communes. Nous avons pu rencontrer un témoin qui raconte qu'un général l'a forcé à enterrer des gens, y compris ses proches. Nous avons dû cacher son nom et modifier sa voix

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Aucune des 23 fosses communes jusque-là découvertes par l'ONU, n'a encore été exhumée.

Des ONG accusent l'armée de faire un usage excessif de la force face aux insurgés, essentiellement munis d'armes blanches et de fusils de fabrication artisanale. Son procureur en chef, le général Joseph Ponde dit qu'il enquête sur ces allégations. Il reconnaît néanmoins une part de responsabilité de l'armée pour ce qui est des charniers.

Aucune des 23 fosses communes jusque-là découvertes par l'ONU, n'a encore été exhumée. Plusieurs pays occidentaux exigent une enquête internationale pour faire la lumière sur ces massacres. Kinshasa ne veut pas en entendre parler.