Référendum en Mauritanie le 15 juillet

Le texte, approuvé le 9 mars par l'Assemblée nationale, a été rejeté par le Sénat quelques jours plus tard. Copyright de l’image AFP
Image caption Le texte, approuvé le 9 mars par l'Assemblée nationale, a été rejeté par le Sénat quelques jours plus tard.

Le gouvernement mauritanien va soumettre un projet de révision constitutionnelle au vote populaire le 15 juillet.

"Le Conseil des ministres a examiné et adopté un projet de décret fixant les modalités pratiques du déroulement du référendum du 15 juillet 2017", indique un communiqué diffusé jeudi soir.

Le texte, approuvé le 9 mars par l'Assemblée nationale, a été rejeté par le Sénat quelques jours plus tard.

Pourtant, le parti au pouvoir dispose de la majorité au Sénat.

Lire aussi

Mauritanie-Maroc : "malentendu dissipé"

Mauritanie : des antiesclavagistes condamnés

Mauritanie : pêcheurs sénégalais en eaux troubles

Copyright de l’image AFP
Image caption Des opposants accusent le président Aziz de vouloir procéder à un "tripatouillage" de la Constitution pour avoir un troisième mandat.

Ce projet de modification de la Constitution actuelle, en vigueur depuis 1991, prévoit notamment la suppression du Sénat et le changement du drapeau national.

Le document a été élaboré à l'issue d'un dialogue entre le pouvoir et l'opposition dite modérée en septembre-octobre 2016.

En plus de la suppression du Sénat, qui serait remplacé par des Conseils régionaux élus, le texte prévoit celle de la Haute cour de justice, du médiateur de la République et du Haut conseil islamique.

Ces amendements sont dénoncés depuis plusieurs mois par une quinzaine de partis d'opposition radicale formant le Forum national pour l'unité et la démocratie (FNDU).

Ces opposants accusent le président Aziz de vouloir procéder à un "tripatouillage" de la Constitution pour avoir un troisième mandat.

Arrivée au pouvoir par un putsch contre Mohamed Ould Cheikh Abdallahi en 2008, le président Abdel Aziz a été élu chef de l'Etat en 2009 puis réélu en 2014 pour un second mandat.

Sur le même sujet