RDC : la Cenco réagit à la nomination de Tshibala

Pour la Cenco, sortir du compromis politique de la Saint Sylvestre fait courir au pays le risque de retarder davantage la tenue de la présidentielle Copyright de l’image Getty Images
Image caption Pour la Cenco, sortir du compromis politique de la Saint Sylvestre fait courir au pays le risque de retarder davantage la tenue de la présidentielle

L'épiscopat congolais estime que la nomination de Bruno Tshibala à la primature constitue une ''entorse'' à l'accord de sortie de crise du 31 décembre 2016.

Le porte-parole de la Cenco, l'abbé Donatien Nshole, a fait cette déclaration lors d'une conférence de presse vendredi dans la capitale congolaise.

Cette nomination, selon lui, "explique la persistance de la crise".

Bruno Tshibala a été nommé Premier ministre le 7 avril, quelques jours après avoir été exclu du Rassemblement de l'opposition.

Pour la Cenco, sortir du compromis politique de la Saint Sylvestre fait courir au pays le risque de retarder davantage la tenue de la présidentielle prévue au plus tard en décembre 2017.

Il s'agit d'élire le successeur de M. Kabila, au pouvoir depuis 2001 et à qui la Constitution ne permet pas de se représenter.

La Cenco a déploré également que les consultations entre le chef de l'État et le chef de la délégation du Rassemblement qui devaient se tenir, n'aient pas eu lieu.

Lire plus