Afrique du Sud: des chauffeurs Uber agressés

Depuis son lancement, il y a 4 ans, Uber revendique en Afrique du Sud plus d'un demi-million d'utilisateurs et près de 4000 conducteurs. Copyright de l’image AFP
Image caption Depuis son lancement, il y a 4 ans, Uber revendique en Afrique du Sud plus d'un demi-million d'utilisateurs et près de 4000 conducteurs.

En Afrique du Sud, les chauffeurs de taxis ont déclaré la guerre à leurs concurrents d'Uber.

Sophie Ribstein, Johannesburg

Il y a un regain de tension. Des véhicules ont été vandalisés, plusieurs chauffeurs d'Uber agressés. Depuis plusieurs mois, les conducteurs d'Uber demandent à leur compagnie de mieux les protéger.

Une association de chauffeurs Uber tire la sonnette d'alarme. Teresa Munchik, conductrice Uber et porte-parole du mouvement, explique que ces derniers jours des voitures ont été cabossés, des véhicules ont même été brulés et des chauffeurs d'Uber ont été frappés.

Le week-end dernier, par exemple, elle explique qu'un jeune conducteur a été pourchassé par des chauffeurs de taxis armés de marteaux et que sa voiture a été très endommagée. La scène s'est déroulée sur le parking d'un centre commercial entre Johannesburg et Pretoria.

A Lire aussi

Afrique du Sud: des chauffeurs Uber agressés

L'aéroport de Johannesburg bloqué

Transport : Uber veut fusionner avec Didi Chuxing

Un autre chauffeur d'Uber a expliqué à la BBC qu'un de ses collègues a dû se rendre à l'hôpital après avoir été agressé et violemment frappé au visage à coups de pierre. Des messages circulant sur WhatsApp appelleraient les chauffeurs de taxi à s'en prendre violemment aux chauffeurs d'Uber.

Ils accusent Uber, cette start-up de véhicules de transport en ligne de concurrence déloyale.

Alors que les chauffeurs de taxi traditionnels conduisent souvent des voitures beaucoup plus anciennes et pratiquent des tarifs plus élevés, ils assurent qu'Uber met à mal leur activité en offrant le même service sans acquitter des frais de licence exigés par les autorités.

Depuis son lancement en 2013, Uber a déjà déclenché ce genre de protestations dans toutes les villes ou cette application a été lancée.

En Afrique du Sud, certains chauffeurs de taxi affirment maintenant qu'il n'y a que la violence comme moyen pour se faire entendre. Depuis son lancement, il y a 4 ans, Uber revendique en Afrique du Sud plus d'un demi-million d'utilisateurs et près de 4000 conducteurs.