RCA: retrait des soldats américains

Ces forces basées à Obo ont coopéré avec les soldats ougandais qui sont déployés dans cette région Copyright de l’image AFP
Image caption Ces forces basées à Obo ont coopéré avec les soldats ougandais qui sont déployés dans cette région

Les soldats américains déployés dans l'Est de la Centrafrique ont commencé leur retrait mercredi.

Ils avaient pour mission de traquer les rebelles de l'Armée de résistance du seigneur (LRA), la rébellion ougandaise dirigée par Joseph Kony,

Ces forces basées à Obo ont coopéré avec les soldats ougandais qui sont déployés dans cette région suite à une résolution de l'Union Africaine destinée à lutter contre les éléments rebelles.

Ils se retirent sans avoirs réussir à stabiliser complètement la région.

Un vide sécuritaire qui inquiète la population.

A LIRE AUSSI

RCA : les troupes ougandaises se retirent

LRA : les américaines sanctions tombent

RCA: les forces ougandaises accusées de viol

Selon Washington, ce départ des troupes américaines est motivé par le fait que la LRA n'est plus une menace.

Seulement, une centaine d'hommes seraient encore présents sur le terrain.

Craintes de la population

Pour la population centrafricaine, l'objectif de la mission n'a pas été atteint parce que Joseph Kony et ses hommes n'ont toujours pas été capturés.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption A ce jour, Joseph Kony est toujours introuvable

Sur le terrain, la situation sécuritaire reste tout de même préoccupante. Car, en plus des hommes de Joseph Kony qui sont toujours en activité, l'est de la Centrafrique fait face depuis quelques mois à d'autres "bandes armés", principalement l'Unité pour la paix en Centrafrique (UPC), une autre faction de l'ex-Séléka.

Ce mouvement rebelle gagne du terrain dans cette région depuis que son leader Ali Darassa a été exfiltré de Bambari dans le centre du pays par la Minusca.

Ce qui fait craindre une recrudescence d'attaques armées dans la zone.

Les autorités centrafricaines qui sont au courant de ce retrait depuis le mois d'août 2016 indiquent avoir pris des dispositions pour continuer la lutte contre ces rebelles.

"La République Centrafricaine continuera de faire le travail et, se donnera les moyens pour arrêter ces personnes qui ont créé des massacres, des viols des populations et, perturber nos régions", déclare Yaloké Mokpem, porte-parole de la présidence de la République Centrafricaine.

A ce jour, Joseph Kony est toujours introuvable. On le signalerait en mouvement entre la RD Congo, le Sud Soudan et la RCA.

Sur le même sujet