Retour des touristes en Egypte

Depuis janvier, plusieurs agences de voyage observent des croissances de 40 à 50%. Copyright de l’image BBC/Ariane Lavrilleux
Image caption Depuis janvier, plusieurs agences de voyage observent des croissances de 40 à 50%.

En Egypte, les touristes sont de retour. Il y a 6 ans, date du déclenchement de la révolution, les sites archéologiques mondialement connus se sont vidés. Le nombre de touristes a été divisé par trois et des milliers d'Egyptiens se sont retrouvés au chômage technique. Mais cette année, la courbe semble s'inverser.

Reportage entre Louxor et Assouan, de notre correspondante Ariane Lavrilleux

Depuis janvier, plusieurs agences de voyage observent des croissances de 40 à 50%. En mars 2017, l'Egypte a accueilli environ 654 900 touristes, selon les chiffres de l'Agence centrale pour la mobilisation publique et la statistique (CAPMAS). Ce chiffre représente une augmentation de 48,4 % par rapport à mars 2016, où le pays avait accueilli 440 700 touristes.

Ce nouvel afflux touristique bénéficie pour l'instant surtout aux sites culturels de la vallée du Nil.

Un soleil déjà intense éclaire les tombeaux de la vallée des rois.

Copyright de l’image BBC/Ariane Lavrilleux
Image caption Des touristes chinois

Des dizaines de cars de touristes sont déjà là.

Dans le temple de Louxor, le guide Hani Souleiman attire l'attention d'un petit groupe sur une pharaonne méconnue

"La pharaonne Hatchepsout voulait montrer que les femmes peuvent faire mieux que les hommes. Elle a chassé son neveu de 13 ans, Thoutmosis 3, et elle a régné pendant près de 22 ans", indique le guide.

Hani est guide depuis 12 ans mais après la révolution, il a du se reconvertir comme vendeur dans une pharmacie. Cette année, c'est la première fois qu'il retrouve sa passion à plein temps.

"Après la révolution, la plupart d'entre nous, les chauffeurs, libraires, guides, sommes devenus chômeurs. Maintenant nous avons pleins de touristes. 70% de plus que l'année dernière. Je suis très heureux. La plupart sont des Egyptiens et des Chinois donc l'avenir ici ce sont les Chinois c'est pour ça que beaucoup de guides apprennent le chinois moi aussi j'y pense", explique-t-il.

Copyright de l’image BBC/Ariane Lavrilleux
Image caption Une embellie en partie liée au sentiment de sécurité

Les entrées de Chinois ont augmenté de 60% en un an selon l'agence publique chinoise de voyage. Au mois de janvier, l'Egypte est redevenue la destination préférée des Allemands.

En France, la reprise est aussi sensible avec une augmentation de 15% des réservations, selon le syndicat des tours opérateurs.

Une embellie en partie liée au sentiment de sécurité pour Dominique et Edwige.

«Ça a l'air très calme, faut pas aller en dehors des zones sécurisées mais là ça va », déclare Edwige.

Copyright de l’image BBC/Ariane Lavrilleux
Image caption Les croisières sont les grandes gagnantes avec un boom de 30 à 50%

"Je suis venue plusieurs fois ici et c'est la première fois que je vois autant de sécurité à l'aéroport. Ce n'est pas dangereux. Et maintenant, il y a du terrorisme partout, ce n'est pas plus dangereux ici", ajoute Dominique.

Les croisières sont les grandes gagnantes avec un boom de 30 à 50%, selon les agences égyptiennes de voyage. Mohammed Hagez est le capitaine du « Nile pioneer 2 » qui affiche complet chaque semaine au départ d'Assouan.

Copyright de l’image BBC/Ariane Lavrilleux
Image caption Le ministère du tourisme espère que l'année 2017 accueillera 10 millions de touristes soit 5 millions de plus que l'année passée.

"On a en moyenne 100 personnes. Cette année est la meilleure année depuis la révolution ! Beaucoup de vols ont repris vers le Caire. Ceux qui allaient en Turquie ont commencé à se tourner vers l'Egypte. Pour les touristes, la chute de la livre égyptienne est aussi une bonne nouvelle. Ça rend tout moins cher. Vous pouvez réserver 7 nuits avec tout compris pour 200 dollars. C'est une promotion énorme", déclare le manager.

Le ministère du tourisme espère que l'année 2017 accueillera 10 millions de touristes soit 5 millions de plus que l'année passée.

Un pari ambitieux mais pas totalement impossible, selon les professionnels.