Corruption : un projet de loi d'amnistie controversé en Tunisie

Beji Caid Essebsi, le président tunisien n a déclaré que la loi de réconciliation économique était la seule solution face à la crise qui ravage le pays. Copyright de l’image Getty Images
Image caption Beji Caid Essebsi, le président tunisien a déclaré que la loi de réconciliation économique était la seule solution face à la crise qui ravage le pays.

Les Tunisiens sont descendus dans les rues de la capitale ce samedi afin de protester contre un projet de loi d'amnistie qui fait polémique dans le pays.

Les Tunisiens sont en colère. L'objet de ce courroux ? Un projet de loi qui prévoit d'accorder l'amnistie aux personnes accusées de corruption sous l'ère Ben Ali, le président déchu pendant la révolution du Jasmin.

L'octroi de cette amnistie pourrait être accordé à la seule condition que les fonds détournés soient restitués. Une disposition qui n'a guère enchanté une partie des Tunisiens qui a décidé de protester samedi dans les rues de Tunis.

Cette manifestation, du nom du collectif organisateur "Manich Msameh" ("Je ne pardonne pas"), s'est déroulée sous des slogans tels que "les gens veulent l'automne de la loi de réconciliation", en référence au printemps arabe de 2011.

Plusieurs groupes politiques et organisations de la société civile ont également participé à la protestation.

Sur le même sujet