Afrique du Sud: une grève de la faim pour la Palestine

Afrique du Sud Copyright de l’image AFP
Image caption Ces personnalités soutiennent l'action lancée par Marwan Barghouti, le leader du Fatah de Cisjordanie emprisonné, surnommé le Mandela palestinien.

En Afrique du Sud, le vice-président Cyril Ramaphosa, plusieurs ministres et d'autres personnalités politiques ont entamé dimanche soir une grève de la faim de 24 heures pour soutenir les prisonniers palestiniens en Israël.

Ces derniers refusent de se nourrir depuis le 17 avril dernier, pour protester contre leurs conditions de détention.

Depuis des années, des personnalités éminentes comme Desmond Tutu, prix Nobel de la paix, et les autorités sud-africaines de l'ANC, ne cessent de dénoncer ce qu'elles considèrent comme un apartheid en Israël contre les Palestiniens.

D'après un communiqué de la fondation Ahmed Kathrada, à l'origine de l'initiative, ils devaient arrêter de s'alimenter à 16h temps universel et pendant 24h, ils ne devraient consommer que de l'eau sale, tout comme les prisonniers palestiniens qui entament aujourd'hui leur 29eme jour de jeune.

Copyright de l’image AFP
Image caption Ces derniers refusent de se nourrir depuis le 17 avril dernier, pour protester contre leurs conditions de détention.

D'autres personnalités politiques sud-africaines devraient aussi se priver de toute nourriture lundi, comme Gwede Mantashe, le secrétaire général de l'ANC, le parti au pouvoir, Nkosazana Dlamini-Zuma, ex-président de la commission de l'Union africaine ou encore Ebrahim Ebrahim, ancien compagnon de lutte de Nelson Mandela emprisonné avec lui sur Robben Island pendant l'apartheid.

LIRE AUSSI

La Ligue arabe en réunion en Mauritanie

Israël/Palestine : Paris tient un sommet mondial

Israël: Netanyahou défie l'ONU

Copyright de l’image AFP
Image caption Ils seraient maintenant près d'un millier de prisonniers palestiniens à ne pas avoir mangé depuis près 4 semaines.

Elles soutiennent l'action lancée par Marwan Barghouti, le leader du Fatah de Cisjordanie emprisonné, surnommé le Mandela palestinien.

Ce dernier a démarré une grève de la faim le 17 avril dernier, pour protester contre les «mauvais traitements» infligés par l'administration pénitentiaire.

Ils seraient maintenant près d'un millier de prisonniers palestiniens à ne pas avoir mangé depuis près 4 semaines.

En Afrique du Sud, la fondation Ahmed Kathrada a choisi de mener cette grève de la faim le 15 mai, car il s'agit d'une date symbolique, anniversaire de la Nakba palestinienne.

En arabe, Nakba signifie la catastrophe, et ce 15 mai marque l'exode des populations palestiniennes en 1948.