RCA: retour au calme à Bangassou

Les membres de la milice qui avait attaqué la base de l'Onu ont accepté de se retirer. Copyright de l’image AFP
Image caption Les membres de la milice qui avait attaqué la base de l'Onu ont accepté de se retirer.

En République centrafricaine, la médiation d'une autorité religieuse a permis un retour à la paix à Bangassou, une ville située près de la frontière avec le Congo.

Les membres de la milice qui avait attaqué la base de l'Onu ont accepté de se retirer.

Selon les Nations unies, près de trente civils ont été tués dans l'attaque d'une base de l'Onu durant le week-end.

Après plusieurs jours de violence, le Cardinal Nzapalainga a réussi à obtenir un accord avec les hommes armés.

LIRE AUSSI

RCA : de nouvelles tensions à Bangassou

RCA : accès difficile à l'eau potable

RCA: un casque bleu marocain retrouvé mort

Copyright de l’image AFP
Image caption Après plusieurs jours de violence, le Cardinal Nzapalainga a réussi à obtenir un accord avec les hommes armés.

Selon un correspondant de la BBC, les assaillants de la base militaire de l'Onu à Bangassou, dans le sud-est du pays, vont se retirer à condition que les casques bleus arrêtent de tirer et que le chef de l'Etat centrafricain, Faustin Archange Touadéra vienne lui-même négocier.

L'attaque de la base de la Minusca, la mission de maintien de la paix de l'Onu en Centrafrique, a justifié le déploiement de troupes supplémentaires à Bangassou dimanche.

L'Onu a indiqué que les miliciens sont principalement composés d'enfants-soldats.

La semaine dernière, six casques bleus ont été tués dans des attaques similaires à Bangassou.

Sur le même sujet