RCA: cinq personnes tuées dans des violences

Deux groupes armés s'y affrontent depuis lundi, faisant à ce jour 5 morts et 29 blessés, selon la Minusca. Copyright de l’image AFP
Image caption Deux groupes armés s'y affrontent depuis lundi, faisant à ce jour 5 morts et 29 blessés, selon la Minusca.

En Centrafrique, cinq personnes ont été tuées et 29 autres blessées dans des violences à Bria, principale ville minière du nord et bastion de l'ex-seleka.

D'autres violences à Bangassou dans le sud-est ont fait 115 morts et 50 blessés, selon la Croix-Rouge centrafricaine.

Deux groupes armés s'y affrontent depuis lundi, faisant à ce jour 5 morts et 29 blessés, selon la Minusca.

La population a fui en masse pour trouver refuge à la mission catholique et sur un site de déplacés à proximité du camp des casques bleus.

Tout a éclaté suite au désarment de deux miliciens anti balaka en plein centre ville de Bria par un groupe de combattants ex-seleka présumés.

Les autres antibalaka, mécontents de cet acte qu'ils qualifient de provocation, n'ont pas attendu pour réagir.

Tirs nourris

Des échanges de tirs ouverts lundi et mardi entre les deux groupes rivaux se sont soldés par 5 morts et 29 blessés parmi les civils, selon la Minusca.

Mais des sources religieuses sur place font état d'un bilan beaucoup plus lourd regrettant que personne ne puisse sortir pour ramasser les corps.

Selon des sources locales, plusieurs maisons ont été incendiées dans les quartiers Kpètène, Ndrou et Pila dans les alentours de l'aérodrome de la ville.

Alertés, les casques bleus de la Minusca se sont interposés et ont réussi à arrêter les tirs.

LIRE AUSSI

RRCA: retour au calme à Bangassou

RCA : de nouvelles tensions à Bangassou

RCA: un casque bleu marocain retrouvé mort

La Minusca a annoncé avoir renforcé hier la sécurité de l'hôpital pour empêcher toute attaque contre certains blessés.

Même si elle est tendue, la situation s'est maintenant stabilisée.

Des tirs sporadiques se poursuivaient depuis le matin jusqu'à cet après midi dans les quartiers théâtres des affrontements. La ville était toujours paralysée.

Cette tension de Bria serait une conséquence directe de l'attaque ayant visé le quartier de Tokoyo à majorité musulmane de Bangassou les 12 et 13 mai dernier, à en croire certains habitants de Bria.

Le récent assaut mené par des comités d'autodéfense, contre la ville de Bangassou, a fait à ce jour 115 morts et 50 blessés, selon Antoine Mbao-Bogo, Président de la Croix-Rouge centrafricaine.)

Ces violences surviennent quelques jours après la mort de cinq casques de la Mission des Nations unies en République centrafricaine (MINUSCA) dans une attaque attribuée à une milice anti balaka.