Adama Barrow : 100 jours déjà

Malgré une large majorité au parlement, le nouveau président gambien doit encore faire ses preuves
Image caption Malgré une large majorité au parlement, le nouveau président gambien doit encore faire ses preuves

Cent jours après son investiture, le bilan du président gambien, Adama Barrow reste mitigé.

Politique

Cent jours après son investiture le 18 février, Adama Barrow n'a toujours pas de vice-président. Le président Gambien souhaite nommer à ce poste Fatoumata Tambajang.

D'après la Constitution Gambienne, Fatoumata Tambajang n'est pas éligible à ce poste.

Une révision de la loi fondamentale devrait permettre à cette dernière d'occuper cette fonction et de l'exercer officiellement.

A l'Assemblée Nationale, aucune des réformes promises par le président gambien n'ont pas encore été présentées. Pourtant, le président gambien a obtenu la majorité lors des législatives d'avril dernier. Les premières réformes sont attendues « d'ici la fin du mois d'août » a confié le gouvernement.

International

La Gambie a réintégré la Cour pénale internationale et pourrait revenir aussi dans Commonwealth.

Au plan judiciaire, Adama Barrow a obtenu la libération d'opposants politiques et le gel des biens de l'ex président Yahya Jammeh. Il a également rebaptisé le puissant service de renseignements, NIA en Services d'intelligence d'Etat (SIS). Le procès d'anciens agents des services secrets traîne en depuis des mois.

Economie

Les caisses de l'Etat sont vides. Le chef de l'Etat Gambien espère les renflouer grâce à l'aide internationale. Il mise aussi sur les investissements étrangers.

L'autre difficulté économique en Gambie, et pas des moindres, c'est le chômage. En 2016, il était estimé à 29,70 % à l'échelle nationale selon la Banque Mondiale.