Le fils d'IBK traîne un journaliste en justice

Le procureur a requis trois mois de prison avec sursis et 100 000 francs d'amende pendant que la partie civile demande 4 milliards de dommages et intérêt. Copyright de l’image AFP
Image caption Le procureur a requis trois mois de prison avec sursis et 100 000 francs d'amende pendant que la partie civile demande 4 milliards de dommages et intérêt.

Le procès en diffamation de Karim Keita, député à l'assemblée nationale et fils du président malien contre le journal le ''Sphinx'' s'est tenu sur le fond jeudi.

Les avocats de la défense ont boudé la l'audience pour protester contre la non prise en compte de leurs exceptions.

Le procureur a requis trois mois de prison avec sursis et 100 000 francs d'amende pendant que la partie civile demande 4 milliards de dommages et intérêt.

Le verdict a été mis en délibéré pour le 20 juin.

LIRE AUSSI

IBK rend un hommage à Hollande

IBK victime d'un malaise vagal

"Corriger les insuffisances de la Minusma"

Le fils du président réclame 4 milliards de francs CFA (6 millions d'euros) à l'hebdomadaire pour diffamation.

Le journal avait publié un article intitulé "Les Hirondelles, rebaptisé hôtel Sefeto, vient d'être acheté par le nouveau nabab de Bamako, Karim Kéïta, à 4 milliards de francs CFA".

Sur le même sujet