Nigeria : la justice tranche en faveur des expulsés

Les expulsions d'Otodo Gbame font partie d'une politique à l'échelle nationale concernant jusqu'à 300 000 personnes vivant dans des installations précaires au bord de l'eau. Copyright de l’image Getty Images
Image caption Les expulsions d'Otodo Gbame font partie d'une politique à l'échelle nationale concernant jusqu'à 300 000 personnes vivant dans des installations précaires au bord de l'eau.

La Haute Cour de Lagos déclare que l'expulsion de trois mille personnes d'un bidonville situé au bord de l'eau était contre la constitution.

La communauté d'Otomo Gbame a été expulsée entre novembre 2016 et février 2017 par le gouvernement de l'état de Lagos selon lequel la zone constituait un "risque environnemental".

Le juge a estimé que cette expulsion était une violation de leurs droits puisqu'il n'y a pas de plan de relocalisation prévu.

La cour a statué que l'Etat devrait payer une compensation aux résidents et a ordonné que les deux parties privilégient la médiation.

Les expulsions d'Otodo Gbame font partie d'une politique à l'échelle nationale concernant jusqu'à 300 000 personnes vivant dans des installations précaires au bord de l'eau.

L'Etat de Lagos a déjà ignoré ce genre de jugement par le passé.

Sur le même sujet

Lire plus