Niger: les enseignants évalués

Selon le ministre, en 2003 le gouvernement avait recruté des enseignants sans aucune formation parce qu'il faisait face à un problème de cadres. Copyright de l’image AFP
Image caption Selon le ministre, en 2003 le gouvernement avait recruté des enseignants sans aucune formation parce qu'il faisait face à un problème de cadres.

Le gouvernement du Niger a lancé un projet d'évaluation du niveau des enseignants contractuels qui sont au nombre de 600 000.

Les autorités de Niamey soupçonnent une bonne partie de ne pas avoir le niveau requis pour officier dans les salles de classe.

Une étude, diligentée par les autorités nigériennes et publiée en février, a révélé que "11,5%" des enseignants des écoles primaires ont "un niveau très mauvais" et "50% des élèves" du cours préparatoire (CP) concernés par l'étude "lisent à peine une lettre de l'alphabet".

Media playback is unsupported on your device
Daouda Mamadou Marthé: "Certains enseignants n'ont pas le niveau"

LIRE AUSSI

Niger : le phénomène Alfaga

Niger : libération de prisonniers politiques

Niger : Amadou condamné par contumace

"La préoccupation du gouvernement est de chercher à savoir si tous les enseignants ont le niveaupour exercer leur profession", a déclaré à la télévision publique le ministre, Daouda Mamadou Marthé.

Selon le ministre, en 2003 le gouvernement avait recruté des enseignants sans aucune formation parce qu'il faisait face à un problème de cadres.

Copyright de l’image AFP
Image caption M. Marthé avait annoncé devant le Parlement avoir repéré plus de 300 enseignants détenteurs de faux diplômes, dont ceux du baccalauréat et du brevet d'étude du premier cycle (BEPC)

En mars, M. Marthé avait annoncé devant le Parlement avoir repéré plus de 300 enseignants détenteurs de faux diplômes, dont ceux du baccalauréat et du brevet d'étude du premier cycle (BEPC).

Ces détenteurs de faux diplômes sont des enseignants contractuels, en poste dans les écoles primaires, les collèges, les lycées et les établissements professionnels, selon le ministre.

Sur le même sujet