Exécution des "neuf Ogonis": plainte contre Shell

L'entreprise est soupçonnée d'avoir soutenu le régime militaire nigérian qui avait pendu neuf activistes nigérian. Copyright de l’image AFP
Image caption L'entreprise est soupçonnée d'avoir soutenu le régime militaire nigérian qui avait pendu neuf activistes nigérian.

Les veuves de quatre hommes exécutés par l'armée nigériane en 1995 ont décidé de porter plainte à la Haye contre le géant pétrolier Shell, accusé de complicité dans cette affaire.

L'entreprise est soupçonnée d'avoir soutenu le régime militaire nigérian qui avait pendu neuf activistes nigérian.

Il s'agit d'une des affaires les plus délicates au Nigéria.

Il y a plus de 20 ans, neuf militants politiques, surnommés les "neuf Ogonis" sont arrêtés et pendus par le régime militaire nigérian de l'époque.

Leur exécution avait provoqué à l'époque un tollé international.

LIRE AUSSI

Nigéria : Shell ferme un de ses sites

Nigeria : un autre oléoduc saboté

Nigéria: de nouvelles preuves contre Shell

Copyright de l’image AFP
Image caption Shell, le plus grand producteur de pétrole au Nigeria a régulièrement nié toute implication dans ces exécutions.

L'écrivain et défenseur des droits humains Ken Saro-Wiwa est l'un d'eux.

C'est lui qui avait mené d'énormes manifestations contre les dégâts environnementaux causé par la production de pétrole dans le Delta du Niger.

Désormais, quatre veuves se sont portées parties civiles avec le soutien d'Amnesty International.

Elle exigent des excuses et une compensation qui reste à déterminer.

Shell, le plus grand producteur de pétrole au Nigeria a régulièrement nié toute implication dans ces exécutions.

Copyright de l’image AFP
Image caption Un frère de l'un des neuf exécutés, l'écrivain et défenseur des droits humains, Ken Saro-Wiwa

Dans un communiqué, le géant pétrolier nie avoir travaillé avec les autorités pour mettre fin aux manifestations.

L'entreprise ajoute qu'elle n'a en aucun cas encouragé ou incité des actes de violence dans le pays.

Shell a été la cible de poursuites dans plusieurs pays sur cette affaire.

Il y a 8 ans aux Etats-Unis, la société a accepté dans un accord hors tribunal de payer plus de 15 millions de dollars à un groupe de proches des hommes exécutés.

Sur le même sujet