Obésité : la rançon de la malbouffe en Tunisie

Copyright de l’image BBC Afrique\Sihem Hassaini
Image caption 57% des Tunisiens sont en surpoids ou obèses

En Tunisie, 57% de la population est en surpoids ou obèse, d'après l'institut national de la consommation.

Le phénomène est dû à une alimentation très industrielle, mais aussi au manque d'activité physique et à la consommation excessive de pain et de pâtes alimentaires ; les Tunisiens figurent parmi les plus gros consommateurs de pâtes au monde, selon l'Union des associations de fabricants de pâtes alimentaires.

La montée de la malbouffe

Le ministère de la santé a constaté qu'en dix ans, le nombre de fast-food a explosé dans le pays et notamment dans la capitale, Tunis.

On y consomme à longueur de journée des sandwichs consistants et pas chers, frits dans l'huile ou accompagnés de frites, de véritables bombes caloriques.

Moez, vendeur de sandwichs, explique que les clients exigent une multitude d'ingrédients gras :

"Ce sont les clients qui décident ce qu'ils veulent dans leurs sandwiches. Moi, tous les jours, on me demande des suppléments de mayonnaise, de frites et de sel. Ils adorent ça et en redemandent surtout les mères de famille", raconte-t-il.

Ecoutez ce reportage:

Media playback is unsupported on your device
57% de la population en surpoids ou obèse, d'après l'institut national de la consommation.

Ces comportements alimentaires ont des conséquences sur la santé ; 30% de la population est atteinte d'hypertension et 15% du diabète.

D'après une étude de la direction de la santé scolaire dans le pays, 1 écolier sur 6 est en surpoids et dans certaines villes comme Bizerte, 50% des enfants de moins de 8 ans sont concernés.

Lire aussi:

La nutritionniste Aida Sellem soigne des patients de tous les âges en forte obésité.

Elle estime que ces problèmes de nutrition rattrapent la Tunisie qui subit les conséquences de sa modernité. C'est-à-dire, un pays où l'on regarde beaucoup trop la télévision et où les phénomènes de malbouffe et de sédentarité deviennent de plus en plus présents.

"Ce qui pose problème, c'est le nombre croissant d'enfants qui sont touchés par le diabète. On explique aux parents le danger, ce sont des maladies chroniques importantes", explique-t-elle.

"On essaie de prescrire des régimes. La culture des tunisiens est basée sur les légumes, si on suit seulement ce que mangeaient nos grands-parents on devrait être en très bonne santé", poursuit la spécialiste.

Copyright de l’image BBC Afrique\Sihem Hassaini
Image caption Un vieil homme en surpoids assis sur un banc public

Dans les supermarchés, les étiquettes sont encore trop petites voire inexistantes pour certains produits.

Les aliments riches en gras et en sucre sont souvent en tête de gondole et en promotion.

Les coachs sont de plus en plus sollicités afin de perdre du poids, mais il est difficile pour leurs clients de changer leur mode de vie.

"Les tunisiens sont de plus en plus gros, et ça commence dès qu'ils sont petits. J'essaie de les faire maigrir mais 80% d'entre eux reprennent du poids", déclare défaitiste Wael Dridi qui entraîne des dizaines de clients.

La guerre contre l'obésité ne fait que commencer en Tunisie.

Lire aussi sur la Tunisie:

Sur le même sujet

Lire plus