Vanille : Madagascar craint une baisse de la production

Le pays produit une moyenne d'environ 2000 tonnes de vanille par an. Cet épice très aromatique fait vivre plusieurs dizaines de milliers de personnes. Mais cette année, les autorités craignent une baisse de la production à cause d'une récolte trop précoce.

Dans les premiers sacs de vanille verte qu'il a achetés, Germain Ming, exportateur à Antalaha, reconnaît que la moitié au moins est composée de vanille immature.

"La vanille mature sur ces sacs est de moins de 50%, au maximum 50%. On a des gousses qui ont six mois, alors qu'on a besoin de 9 mois de maturation".

L'exportateur affirme n'avoir acheté de la vanille verte qu'après l'ouverture officielle de la campagne de récolte.

Mais René Ratsarajery, président du syndicat des planteurs de vanille reconnaît que beaucoup de paysans avaient cueilli leur production avant les dates légales fixées par les autorités:

"Les planteurs ont peur parce que personne ne les protège contre les vols. Ils récoltent leurs produit même s'ils ne sont pas encore matures. Puis, ils les gardent chez eux en attendant de les vendre. C'est la raison pour laquelle les récoltes ont été très précoces cette année".

Copyright de l’image Lovasoa Rabary
Image caption Vanille dans un champ

Lire plus sur Madagascar:

De la vanille de mauvaise qualité

Que ce soit sur le marché de la vanille préparée en gousse ou sur le marché de la vanille coupée ou transformée en usine, la qualité, cette année, sera mauvaise.

Les spécialistes parlent d'un taux de vanilline d'à peine 1%, alors qu'à une époque, ce taux pouvait atteindre jusqu'à 1,8%.

La production risque aussi de baisser parce que les produits immatures ne pourront pas être exportés.

Paul Edinho Marinjara, président d'une association de défense de la qualité de la vanille de Madagascar :

"Primo, au niveau de la qualité, quand on parle de vanille, cela sous-entend le taux de vanilline, donc il y a beaucoup de risques. Puisque beaucoup de vanille sont récoltées précocement, il y a une procédure de destruction de vanille. Cela sous-entend qu'il y a diminution de production".

Les exportations de vanille, pour cette année, sont estimées à environ 1500 tonnes contre 2000 les années précédentes.

L'offre se réduite en qualité et quantité alors que la demande est forte.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Un producteur devant sa récolte de vanille

Des prix qui flambent

Les prix se sont envolés ces trois dernières années, atteignant jusqu'à 60 dollars le kilo de la vanille verte, 500 dollars le kilo de la vanille en gousse préparée.

Une situation qui fait craindre le pire, estime le groupement des exportateurs de vanille de Madagascar, présidé par George Geeraerts.

" Quant au prix, il sera régularisé par la loi de l'offre et de la demande. Donc, il est impératif, comme on est dans une période où il y a une demande très très forte pour les arômes naturels, de développer les plantations, pour lisser d'une certaine façon les prix et d'éviter que les industriels se dirigent vers une nouvelle formulation ou de nouvelles origines ".

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Les prix de la vanille se sont envolés ces trois dernières années

Pour sauver la filière, les autorités ont mis en place des mesures de sécurité et ont commencé des efforts pour mettre fin à l'informel.

Le ministre chargé du commerce et de la consommation Armand Tazafy explique :

"la sécurité s'améliorera parce que seuls les acteurs formels pourront collecter et vendre. Les recettes des communes et des régions s'amélioreront parce que les ristournes rentreront. Les recettes de l'Etat connaîtront également une amélioration. Nous nous battrons contre les acteurs informels qui détruisent cette filière".

Les acteurs informels, pourtant, sont nombreux, notamment les petits collecteurs, souvent protégés par des responsables locaux qui ferment les yeux sur leurs agissements, au grand dam du gouvernement.

Voir aussi :

Media playback is unsupported on your device
Le sud de Madagascar durement touché par la sécheresse